Entraide et Solidarité des Libres Penseurs de France a tenu son Assemblée générale ordinaire le jeudi 26 août 2021 au Lycée Polyvalent Ferdinand Buisson, 21 boulevard Edgar Kofler à VOIRON (Isère).

Les représentants des sections départementales se sont réunis pour faire le bilan de l’exercice écoulé et définir l’objectif des semaines et mois à venir.

Le constat a été fait de « La forte amélioration de la situation financière de l’association … permet de pérenniser son activité pour plusieurs années » ainsi que l’indique le Commissaire aux comptes dans son rapport. Nous voilons mettre à profit, cette situation, relativement, confortable pour créer les conditions de la pérennisation de l’association de bienfaisance des Libres Penseurs.

En effet, le confort financier, relatif, de notre association est dû à la réalisation de legs que Libres penseurs et amis de la Libre pensée ont fait ces dernières années. Ces legs sont indispensables. Nous avons impérieusement besoin de legs pour assurer les fondations sans lesquels, il n’y aurait pas, il n’y aurait plus d’avenir possible.

Mais, nous devons aussi faire en sorte que très vite les dépenses courantes, donc les charges de bienfaisance, soient le plus largement couvertes par des produits courants.

C’est pourquoi, les administrateurs d’Entraide et Solidarité ont crées la possibilité de devenir

« membre bienfaiteur ».

Pourquoi aider Entraide et Solidarité en devenant membre bienfaiteur ?

L’Assemblée générale avec l’adoption, à une très large majorité des rapports d’activité, financier, de la commission sociale et par la présence de nombreux invités venus saluer notre association, en a dégagé les raisons.

Entraide et Solidarité a pour but exclusif « l’assistance et la bienfaisance » destinée aux Libres penseurs et à leur famille proche.

Au plan national, le constat a été fait que les demandes d’aides reçues par la Commission sociale de Entraide et Solidarité de la part des adhérents de la Libre pensée et qu’elle honore, sont de plus en plus nombreuses. Ces demandes émanent principalement de retraités (pour pouvoir payer le loyer en EHPAD) et d’étudiants espérant essayant de continuer leurs études. Les Libres penseurs, à l’instar de la population laborieuse se trouvent, de plus en plus nombreux, en situation de précarité. Ce qui bien sûr n’est pas une surprise.

Comme le permettent nos statuts, le Conseil d’administration de Entraide et Solidarité a choisi en 2020-2021d’aider plusieurs associations « dont les objectifs recoupent les siens ou entrent en synergie avec ses objectifs. ». ESLPF, quand elle est sollicitée, essaie dans la mesure de ces moyens de répondre aux appels amis. Ses associations amies étaient toutes représentées à VOIRON.

La tribune de l’Assemblée générale d’Entraide et Solidarité Voiron 2021

Les messages, que leurs représentants ont adressés aux délégués témoignent des liens fraternels tissés au fil des années par la Libre Pensée et de dizaines d’années d’actions de solidarité des administrateurs d’Entraide conduites au nom de la Libre pensée.

Intervention de Georges SAAD au nom de l’Association Libanaise de Philosophie du Droit :

Intervention de Ata ALSAHWI pour l’Association « Le Croissant fertile »

 Intervention de Pierre STAMBUL pour ‘ »L’Union Juive Française pour la Paix ».

Message de Joseph TOHME de l’association « Tadamoun Wa Tanmia »

« Chers amis, chers camarades,

Mon message va être court. Je viens d’un petit pays, le Liban, aussi grand que la Dordogne dont tout le monde dans cette salle a entendu parler depuis au moins 50 ans : entre guerres civiles, explosions, attentats, assassinats, invasion israélienne, occupation syrienne, enlèvements… Durant ces cinquante années, le Liban a eu une couverture médiatique énorme.

Pourtant si nous posons la question aujourd’hui sur le conflit libanais, la première réponse que l’on a souvent est que c’est très compliqué on que l’on n’y comprend plus rien.

Cette complication est due au prisme d’analyse avec lequel est regardée la situation libanaise, qui est le même depuis 100 ans.

À la fin de l’Empire Ottoman, deux puissances coloniales de l’époque se sont partagé cette région et ont y ont créé des entités.

La France, république laïque mandataire sur le Liban, n’a trouvé mieux que d’y installer un système confessionnel.

Ce système dont tous les pouvoirs politiques en place ont loué les avantages durant des années et qui ne peut que détruire l’état et toute construction commune. Si je veux le résumer, c’est un système de partage de territoires par des familles mafieuses : l’anti État.

Nous assistons aujourd’hui à la fin de ce système, malheureusement pour la population qui en paye un cout terrible : violences, insécurité manque d’électricité, pénurie dans les hôpitaux et de médicaments et une perte totale pour la population de toute l’accumulation financière qu’elle avait faite durant toute cette période-là.
C’est pour cela les camarades et amis qui sont intervenus avant moi ont évoqué et insisté sur l’entraide et la solidarité qui va de soi dans ces situations dramatiques.
Mais permettez-moi de vous amener un autre message, une crise n’est pas la fin de la vie, si nous devons, à partir d’elle, changer un système politique confessionnel défaillant et gangrené par la corruption.

C’est là où nous nous retrouvons ensemble avec les mêmes aspirations : La création d’un état laïque qui est la seule sortie possible pour nous et je tiens à vous saluer, vous qui avez tenu bon les 100 dernières années en ayant une approche d’une laïcité active et politique.

Je termine en vous apportant un message d’espoir : le flambeau de la laïcité combative et politique que vous avez porté passe aujourd’hui entre les mains de notre jeunesse, qui est en voie d’imposer le seul système, qui nous permettra de nous remettre debout : un étant laïque et démocratique. »

Intervention au nom de l’association « Un enfant un cartable »

Monsieur le Président d’Entraide & Solidarité des Libres Penseurs de France
Mesdames et messieurs les délégués à l’assemblée générale

L’association « un enfant, un cartable » est très sensible à votre invitation et je souhaite vous apporter les salutations amicales de son Président J.C. Brossard, empêché ce jour

« Un enfant, un cartable », association créée en 2008 à La Rochelle contribue à l’enseignement dans les écoles publiques des jeunes enfants dans une île du Siné Saloum (Sud du Sénégal) à la population sérère défavorisée (salinisation des terres, destruction ressources halieutiques, difficultés d’accès et de circulation, manque d’électricité et d’eau potable, saisons des pluies aléatoires…)

Au commencement de son activité, cela représentait une cinquantaine d’enfants pour une école d’un village de pêcheurs. En 2020, son action a concerné 950 enfants des 5 écoles élémentaires, 2 maternelles et un jardin d’enfants, des quatre villages (Wandié, Marsoulou, Mar Fafaco et Mar Lothie) de l’île, et particulièrement les filles. L’association entend ainsi combattre la discrimination dont elles sont victimes. Une convention annuelle signée entre les directeurs d’écoles et l’association précise l’engagement de chacun. Elle est aussi visée par l’association locale des parents d’élèves et le représentant du village, puis adressée à l’Inspection académique du district, afin que l’administration d’Etat soit informée de ce que nous y faisons.
Depuis le début de son activité, l’association prend en charge les frais scolaires des élèves durant six ans de la scolarité élémentaire. Les fournitures et manuels sont achetés chez des commerçants locaux. Les sacs et les trousses dont bénéficient les jeunes élèves entrant en CI sont réalisés par des couturiers sur place.Rien n’est amené de France !

Diverses actions particulières (en sus des fournitures et du matériel nécessaire aux élèves) ont pu être menées (création d’une bibliothèque, cours de soutien en fin de CM2, pour l’obtention du certificat de fin d’études élémentaires (CFEE) et l’entrée en 6ème au collège, aide à la scolarité d’élèves du lycée/collège de Marsoulou en échec scolaire au Centre de Formation Professionnelle de Diofior (sur le continent)…
Les membres du bureau de l’association se rendent deux fois par an au Sénégal, à leurs frais. La première mission (février/mars) détermine avec les équipes enseignantes les besoins pour la rentrée suivante (avec évolution des effectifs). L’association ne s’implique jamais dans la pédagogie et limite son action à une aide matérielle. La deuxième mission s’effectue à la rentrée des classes pour la distribution des fournitures acquises par l’association et le constat des résultats scolaires de l’année écoulée

Situation exceptionnelle 2020 : pour la première fois, cette année, la mission d’Octobre n’a pu être assurée en raison de la pandémie. Cependant, grâce aux réseaux constitués au cours des années précédentes (équipes pédagogiques, fournisseurs, piroguiers et charretiers), la livraison des fournitures prévues en mars dernier – celles-ci ayant été diminuées d’environ la moitié, du fait que des recettes prévisionnelles amputées très largement – a pu être effectuée.

Rappel : E&S a accordé 1000 € / an pendant 8 ans. Cette subvention concoure au financement des fournitures scolaires des élèves. Compte tenu de la situation actuelle particulièrement dégradée au Sénégal, E&S a augmenté de 500€ sa participation à nos efforts pour maintenir la possibilité à ces enfants de pouvoir bénéficier d’une aide directe à leur scolarité, notamment en pouvant acquérir une formation professionnelle
Les membres de l’association et son Président vous réitèrent tous leurs remerciements pour votre participation à notre action au Sénégal et vous souhaitent plein succès dans la poursuite de vos activités.

Pour le Président
C. Biardeau
Administrateur d’Un Enfant Un Cartable.

 

Intervention de Solidarité Laïque le jeudi 26 août 2021

Tout d’abord je veux vous saluer au nom de la présidente de Solidarité Laïque, Anne-Marie Harster qui n’a pu venir.

Vous appartenez, comme l’ensemble des 48 organisations membres qui font notre union, à cette grande famille laïque dont l’éducation, la solidarité et la laïcité sont les maîtres mots.

Solidarité Laïque a 65 ans et a été voulue par des militants de la fédération de l’Éducation nationale quand des Hongrois, en 1956, ont fui devant les chars soviétiques. Deux grandes organisations, le Secours populaire et le Secours catholique se sont organisés pour accueillir ces nombreux réfugiés. Des militants de la FEN n’ont pas voulu secourir mais être solidaires de ces Hongrois. Ils ont voulu être indépendants de tout mouvement politique ou religieux. Ainsi est née Solidarité Laïque qui, aujourd’hui, poursuit sa lutte pour offrir un meilleur accueil aux réfugiés d’où qu’ils viennent.

Solidarité Laïque se bat aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui œuvrent pour une éducation de qualité pour tous et toutes. Dès la fin des années 90, du temps où, déjà, les Talibans régnaient sur l’Afghanistan, Solidarité Laïque a participé à l’opération « Libérez le savoir en Afghanistan » pour soutenir les écoles clandestines de filles dans ce pays sous le joug de fanatiques. Cette opération a été lancée par une organisation afghano-française, Négar, avec deux syndicats français, devenus, depuis, membres de Solidarité Laïque, le Sgen-CFDT et le Snuipp-FSU. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas être insensibles au sort du peuple afghan et en particulier à celui des femmes et des filles. Les réfugiés afghans comme tous les réfugiés ne peuvent nous laisser indifférents.

Solidarité Laïque, membre de la Campagne mondiale pour l’éducation, est à l’origine de la « Coalition éducation » dont l’un des axes porte sur l’éducation des filles. Ainsi plusieurs jeunes filles (afghane, béninoise, burkinabée, haïtienne, malienne, sénégalaise, tunisienne …) ont pu s’exprimer sur l’éducation faite aux filles dans leurs pays respectifs dans une tribune libre diffusée par la coalition.

Les récents événements en Haïti, dans un pays où Solidarité Laïque est présente depuis plus de trente ans, nous obligent vis-à-vis des populations sinistrées. La solidarité de toutes et tous est précieuse dans de tels moments et Solidarité Laïque, avec ses organisations membres, y répond.

Le futur des plus démunis est aussi au centre de nos préoccupations d’où, en Afrique de l’Ouest et bientôt en Afrique centrale, le programme « Compétences pour demain » qui doit permettre à des jeunes femmes et des jeunes hommes de pouvoir acquérir une formation professionnelle.

Je ne vais pas détailler toutes les actions qui sont menées, tant en France qu’à l’internationale, pour faire vivre, à travers l’éducation, nos valeurs communes de solidarité et de laïcité. Vous êtes de ce combat et soyez-en remerciés.

Michel Debon de Beauregard, vice-président chargé de l’international, à Solidarité Laïque.

____

C’est ainsi que nous honorons des engagements pris il y a plusieurs années avec

Nous poursuivons notre adhésion à « Solidarité Laïque » nous permettant ainsi de contribuer aux financements d’actions de solidarité pour aider les populations et les personnes en difficulté, sans aucune distinction ethnique, religieuse ou sociale.

Entraide et Solidarité des Libres Penseurs de France fait vivre la solidarité traditionnelle entre Libres Penseurs.

  • Ne pas laisser sombrer des camarades en difficulté, don leur permettre de continuer a exister, à agir
  • Poursuivre, amplifier, l’aide a des associations laïques de bienfaisance agissant pour la liberté de pensée en France et dans le Monde
  • Être en capacité d’apporter un soutien aux libres penseurs, aux amis de la Libre Pensée et à leur famille, persécutes ou en danger en France et dans le Monde

C’EST LA RAISON POUR LAQUELLE LES LIBRES PENSEURS ONT CRÉE ENTRAIDE ET SOLIDARITÉ DES LIBRES PENSEURS DE FRANCE. ŒUVRE QUE POURSUIVONS

Le versement régulier, par de plus en plus nombreux donateurs, même de petites sommes, est le moyen de contribuer aux ressources qui vont permettre à Entraide et Solidarité de d’assumer la responsabilité que les Libres penseurs lui ont donnée

Pour pouvoir poursuivre et renforcer son action Entraide et Solidarité en appelle aux Libres Penseurs, aux amis de la Libre Pensée :

devenez membre bienfaiteur.

ou

faites un don ponctuel ou régulier

Le Président d’Entraide et Solidarité
Xavier HYVERT